C’est quoi l’autonomie ?

Autonomie : C’est la capacité des individus à travailler seuls, en équipe, dans l’entreprise de manière ultra efficace. C’est ma définition.

Pour toi, chef d’entreprise, patron, c’est quoi ?

Ce que j’entends fréquemment, c’est ce salarié qui s’adapte à toutes les situations, qui gère son camion, ses chantiers, les prépare, ne demande jamais rien et surtout vous em… pas.

C’est quoi ton management idéal ?

Réfléchis bien :

Tout ce que tu vois dans ton entreprise est le résultat de l’idée que tu te fais de ton management, de ta manière de gérer tes équipes !

Tu veux que cela change ?

Commence par lire cet article : Les paradoxes du dirigeant

Tu accuses tes salariés, tes clients ? Remets en cause ton efficacité, ta manière de faire. Ok, tu as déjà changé, tu as été en formation, tu t’intéresses au management. Et bosser en collaboratif avec tes équipes, ce n’est pas pour toi, pas pour l’instant, un jour…

C’est difficile de persévérer, de s’y tenir, de s’intéresser aux autres quand la tête déborde de problèmes.

Ou encore tu as l’impression de travailler en collaboratif, tu demandes leur avis à tes salariés, juste après avoir décidé et de toute manière, c’est toujours toi qui choisit.

Un rappel sur l’autonomie – Un peu de théorie

Premier niveau, Dépendance : tu viens de recruter. Le salarié ne connait pas bien ton entreprise, ses collègues. S’il débute, il n’est pas encore au point. Tu lui enseignes ou tu le confies à un chef d’équipe, qui va l’intégrer, le former. Ton nouveau va idolatrer ton chef d’équipe ou toi, vous êtes “tout beau, tout neuf”

Petit à petit il va voir vos limites et vous descendre du piédestal.

Second niveau, Contre-dépendance : il a pris de l’assurance. Il va se rebeller. Il remet en cause ton chef d’équipe, toi, pas ouvertement mais d’un seul coup, il parait moins motivé, ronchon.

Il monte tout de même en compétence et progresse. Il s’en rend compte.

Troisième niveau, Indépendance : Il se débrouille seul, il ne vous écoute pas spécialement, il connait son métier après tout.

A un moment, il va se sentir, seul, isolé.

Quatrième niveau, interdépendance : il bosse dans l’entreprise avec ses collègues. Il ne s’isole plus. Il est bien, efficace et motivé. Il se sent bien.

Remarque importante :

Les salariés développent leur niveau d’autonomie à des niveaux différents. Surtout sans aide. La motivation, la persévérance sont des éléments incontrôlables quand  vous ignorez les règles élémentaires du management !

Vous voulez quoi ?

Vous voulez des salariés dociles ? autonomes ? dépendants, indépendants ?

L’idéal, c’est l’interdépendant, non ?

Conclusion

Faire progresser toute l’équipe pour monter les niveaux d’autonomie, pour améliorer le fonctionnement global vers plus de résultat, c’est un fantasme ? une chose irréalisable ?

Non, c’est du management. C’est votre management.

Les étapes :

  • Vous acceptez de changer. L’exemplarité du dirigeant est immensément importante.
  • Vous identifiez les différents niveaux d’autonomie de vos collaborateurs
  • Vous en discutez avec eux.
  • Vous mettez en place la plan de formation ou les actions nécessaires
  • Vous validez ce qui fonctionne
  • Vous consolidez les progrès
  • Vous récoltez les fruits

Comment le faire ?

  • Coaching individuel pour le dirigeant, son comité de direction, pour accepter de changer, accepter le changement dans l’entreprise – Sans cette étape, le reste ne sert à rien, désolée.
  • Coaching d’équipe pour présenter ce changement dans l’entreprise, pour sensibiliser chacun, créer de la motivation, de l’enthousiasme, …
  • Suivi des avancements des étapes entre le coach et le dirigeant.

Contactez nous pour en savoir plus, comment nous pouvons réellement VOUS aider…

Un autre article sur le sujet.

Un autre article : L’autonomie est un point de départ intéressant à condition de ne pas succomber à un quelconque psychologisme angélique, ce qui est fréquemment le cas en la matière.