Coacher qui ?

Mon travail au quotidien quasiment : coacher des entrepreneurs, des dirigeants, des cadres en individuel. Mon autre job, créer de la cohésion dans l’entreprise via les séminaires de leadership, les teambuilding.

Mais qui en particulier ?

Coacher les cédants, les repreneurs

Le cédant

Il a créé sa boite ou il a repris derrière son père, sa mère ou son grand-père. Bref, il y a confusion de l’entrepreneur et sa société dans le premier cas ou confusion de l’entreprise et la famille dans le second cas.

Le coaching consiste à l’aider à “lâcher-prise”, accepter la vente à un prix raisonnable, pas le triple de la valeur car c’est la valeur sentimentale.

Mon intervention lui sert également à passer le relais, mettre en place toutes les formations nécessaires pour son équipe pour l’amener à un niveau de compétences impeccable pour permettre au repreneur de trouver une équipe performante. C’est ce que je vois souvent dans le bâtiment dans les petites entreprises. Le “patron’ possède toutes les compétences et verrouille ses équipes. Aucune prise de décision sans le consulter. Tout le monde dépend à 100% de lui. Bref, je travaille avec toutes les équipes pour développer cette autonomie et permettre la passation.

Le repreneur

Coacher le repreneur n’est jamais simple. Il a un sentiment souvent de toute puissance, (voir ses croyances) et le risque important est le dépôt de bilan dans les 3 ou 4 ans à épuisement de la trésorerie.

Bref, ce n’est pas celui qui vient me voir tout de suite. Plutôt au bout d’un an ou deux quand il ne comprend pas pourquoi son prédécesseur avait de bien meilleurs résultats que lui.

Coacher les futurs retraités et les dirigeants confrontés au départ de collaborateurs expérimentés.

Le/la retraitée prochaine (manager, chargé d’affaires, conducteur de travaux, chef de chantier, …)

Mon intervention lui permet de mettre au clair ses fonctions. Coacher ce type de personnes est très intéressant. Confronter les “anciennes” méthodes, vocations avec les développements actuels. Bref, le challenge de ces personnes est de pouvoir passer le flambeau, accepter de partir, préparer leur successeur, identifier ce qu’il “manque” au successeur… et mettre un plan d’actions en place pour transformer cette passation…

Le dirigeant / le manager désemparé

Généralement, c’est elle / lui qui a pensé à me faire travailler avec son manager qui “part”, avec le repreneur du poste libre et l’équipe pour passer le flambeau. Le “plus”, coacher également ce dirigeant.

Ce coaching amène souvent à revoir toute l’organisation autour du futur poste vacant pour redéfinir les responsabilités, l’emploi du temps, l’organisation. L’idée est de préparer le départ du futur retraité et de faciliter son désengagement en faveur de son successeur dans une organisation optimisée.

Ce n’est pas très “glamour” pour un salarié de génération Y ou Z de reprendre un poste à 90h par semaine. L’organisation est à revisiter.

Coacher les cadres qui obtiennent des promotions

Je retourne direct sur les croyances du dirigeant ou du manager.

Incroyable ces sentiments d’incompétence, de solitude. Le complexe de l’imposteur a de beaux jours devant lui et fait le bonheur des coachs.

En savoir un peu plus : pour un changement de fond dans l’entreprise.