Un planning Takt Time ?

Un planning Takt Time

5 étapes d’un planning Takt Time

En guise d’avant-propos, je pense qu’il y a plusieurs façons de développer le planning Takt Time. Le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de recherches sur le sujet dans la construction signifie que c’est définitivement une question ouverte.

Grâce à quelques itérations et recherches, la méthode en cinq étapes ci-dessous est la meilleure pratique pour planifier le Takt Time jusqu’à présent. La première itération est venue d’une étude de cas où la planification du Takt Time a été utilisée dans la phase préalable à la construction. L’approche en cinq étapes est une approche logique de la planification.

En fait, quand je parle avec des gens de haut niveau dans les entreprises de construction, ils «font toujours ceci». Cependant, quand vous allez sur place et voyez comment les gens travaillent, leurs méthodes sont généralement très différentes de ce qui est prescrit.

Habituellement, leur méthode est fondée sur :

  1. un recours à un excellent chef de chantier, d’équipe pour comprendre le déroulement du travail et essayer de conduire chacun à exécuter selon son plan,
  2. héritée d’une expérience intentionnelle, ou non, d’une phase précédente, d’une chantier précédent
  3. une combinaison des deux.

Planning Takt Time

Étape 1 – Collecte de données

L’élaboration d’un planning Takt Time nécessite des données de production individuelles de chaque métier et de l’équipe dans son ensemble, bien avant la construction. Un calendrier principal peut avoir déjà été établi à ce stade. La collecte des données commence par une réunion de l’équipe de production, composée des métiers impliqués  et de l’entrepreneur général.

Les données à rassembler lors de cette réunion avec les métiers sont spécifiques à chacun d’eux, leur travail et le contexte du projet.

Voici quelques questions à poser à cette étape.

  • Comment veulent-ils se déplacer dans l’espace de ce projet?
  • Quelles sont les alternatives disponibles?
  • Quelles sont les contraintes matérielles et humaines, ou les alternatives de méthodes de travail?
  • Quel travail doit être effectué avant de commencer à travailler dans une zone ?
  • Quelle est la séquence de travail interne dans le métier (dans quel ordre sont faites les taches d’un corps d’état sur une zone ?
  • La séquence peut-elle être divisée ou le travail peut-il être effectué dans une phase ultérieure ?

Les métiers peuvent colorier les plans afin de montrer leur flux de travail souhaité, ce qui peut être accompli, combien de temps il prend, et sous quelles hypothèses. Il est également important de comprendre l’ensemble des options possibles pour un échange, même si certaines peuvent ne pas sembler optimales de leur point de vue. Cela permet une approche basée sur des ensembles pour développer le calendrier de phase. L’ensemble des options de chaque métier peut ensuite être testé par rapport aux options disponibles pour d’autres corps d’état, afin de développer un plan combiné qui soit le meilleur pour le projet dans son ensemble que ce qui aurait pu être obtenu si chaque corps d’état offrait individuellement le plan le plus optimisé pour lui. L’entreprise générale peut avoir également ses contraintes et imposer un délai.

Le représentant du corps d’état doit être capable dans la conversation de fournir ce niveau de détail, par exemple, le contremaître sur place est capable de s’engager à faire le travail. L’avantage de la planification précoce avec ces détails est que les gens développent une compréhension profonde de leurs capacités de production et du plan de production résultant des informations collectées.

Étape 2 – Définition de zone et de Takt Time

La définition de zone et de Time Takt est en relation les uns avec les autres car la durée requise pour compléter une activité dépend de l’endroit et de ce qui doit être construit. Les zones sont définies de trois façons :

  1. Amélioration des zones déjà établies dans une phase de travail précédente,
  2. Utilisation des données recueillies de manière holistique (cad tous les métiers sont pris en compte lors de la création des zones), ou
  3. concevoir les zones pour mieux satisfaire (et ensuite améliorer) le travail d’un métier car il est évident à partir des données que leur travail sera le «goulot d’étranglement».

Cet ensemble initial de zones est le point de départ de l’itération.

Étape 3 – Identification de l’enchaînement des métiers

Étant donné un ensemble de zones, l’enchaînement des différents corps d’état peut être obtenu en planifiant “en tirant” et en travaillant en équipe sur les documents de construction. Lors de l’identification de cet enchaînement, il est important d’identifier et de documenter les exigences spécifiques de chaque corps d’état afin de “livrer” correctement les zones d’un métier à l’autre.

Étape 4 – Équilibrer le plan

Équilibrer le plan se produit d’une manière “grossière à fine”. Depuis les zones proposées, il est maintenant possible d’affiner les durées d’activité pour chaque métier. Il serait rare que toutes les durées d’activité métier soient parfaitement équilibrées dans toutes les zones depuis le début. Généralement, les durées varient à travers les zones. Une fois la variation connue, l’équipe qui planifie peut commencer à équilibrer la “production”.

L’équipe de production dispose de plusieurs méthodes pour équilibrer le flux de travail et concevoir le système de production.

L’équipe peut itérer sur les zones. Si les zones sont uniformément inégales à travers les métiers, l’équipe peut les redessiner. Idéalement, l’équipe de projet peut changer la conception réelle si elle est suffisamment tôt pour améliorer la production.

es zones peuvent être déséquilibrées en raison de la nature de ce qui est en cours de construction (par exemple, une salle d’opération contiendra plus de travail qu’une salle de patient standard). En tant que tel, certains métiers peuvent avoir à laisser un certain travail et l’exécuter “hors Takt”.

L’équipe peut également revoir les méthodes de travail, revoir les tâches à réaliser et éventuellement les transférer d’un métier à un autre pour équilibrer le planning (sous réserve qu’il soit possible de transférer des tâches, donc de l’argent via les contrats des entreprises). Peut-être qu’un métier peut (individuellement ou conjointement avec d’autres métiers) préfabriquer plus de travail, et réduire leurs temps d’installation sur le terrain pour obtenir un Takt Time inférieur. La séquence de travail pourrait également changer en divisant une activité d’un corps d’état en plusieurs tâches (par exemple séparer une installation en plusieurs tâches distinctes) et permettre un Takt Time plus rapide. Le calendrier global se raccourcit alors parce qu’une réduction des échelles de  Takt Time se fait à travers le nombre de zones que les métiers traversent.

Étape 5 – Finalisation du calendrier de production

La finalisation du calendrier de production nécessite une validation, c’est-à-dire que chaque métier doit s’assurer que ses séquences sont réalisables et qu’il peut effectuer le travail dans chaque zone à laquelle il est affecté pendant le Takt Time donné.

Ce sont les cinq étapes de la planification du Takt Time. Rassemblez les données, identifiez un moment potentiel et un ensemble de zones pouvant satisfaire les demandes du projet, comprendre la séquence nécessaire, équilibrer le plan et finaliser le calendrier. Les étapes sont assez itératives et il serait rare de tout faire dès le début. En travaillant à travers les étapes en tant qu’équipe, le résultat est un calendrier que tout le monde devrait comprendre, tout le monde croit, et répondra aux exigences du projet.

Voilà comment faire le tour des 5 étapes du planning Takt Time.

Références :

1. Frandson, A., Berghede, K., and Tommelein, I. (2013). “Takt time planning for construction of exterior cladding.” Proc. 21st Annual Conference of the Int’l. Group for Lean Construction. (IGLC 21), Fortaleza, Brazil.

2. Article librement traduit de : 5 steps to Takt Time Planning de Leanconstructionblog.com